Attention sur le trajet des vacances !

Juillet est arrivé ! Avec juillet, la période des vacances commence !

La France est un territoire vaste. Nombreux sont ceux qui se dispersent aux quatre coins de notre beau pays ! Dans la majorité des cas, l’option de prendre la route est incontournable.


Qu’on parle d’auto, de char, de cylindré, d’automobile, de bagnole, de berline ou encore de véhicule, les qualificatifs ne manquent pas pour décrire une des inventions majeures du XXème siècle : la voiture. Ce dont il faut se rappeler, c’est d’éviter de s’avachir au volant, et de demeurer vigilant sans se crisper.

Afin d’éviter certaines douleurs liées aux longs trajets, voici quelques conseils pour améliorer votre posture au volant.


Réglages du siège conducteur

Vous devez avoir le siège bien droit par rapport au volant. Une bonne posture vous amène à pouvoir toucher le volant à l’aide de vos paumes de mains sans avoir à décoller les épaules du dossier. Cela veut dire que vos bras ne sont pas entièrement en position d’extension.

De plus, il est suggéré d’incliner le rétroviseur intérieur vers le haut. Ainsi, vous devrez vous asseoir bien droit pour ne pas vous tordre le cou ou la tête. Par conséquent, l’alignement de votre colonne vertébrale sera optimal et vous renforcerez ainsi les muscles de la posture.

Vous pouvez aussi ajouter à votre siège un coussin dorsal : coussin qui épousera votre courbure lombaire. Cela réduira la fatigue musculaire associée à la position assise prolongée.

Vérifiez votre distance par rapport aux pédales, la hauteur de votre siège et l’inclinaison du dossier. Il n’est pas recommandé d’appuyer sur la pédale d’accélérateur ou de frein avec la pointe des pieds. Évitez donc d’être trop éloigné des pédales.

Réglages de l’appui tête

Bien positionné, l’appui-tête est conçu pour

protéger votre cou. Il doit être ajusté à 10cm de votre tête, le milieu de l’appui-tête à la hauteur de vos yeux et le rebord inférieur à la hauteur des oreilles. 90 % des automobilistes négligent de faire cet ajustement important. Ce manque de support vertébral, donnant lieu à un écart entre l’appui-tête et votre cou, diminue la protection de votre cou lors d’un coup de fouet cervical en cas d’arrêt brusque de la voiture.

Réglages du volant

Le positionnement de votre volant est aussi important. Lorsqu’il est inclinable et rétractable, la partie supérieure du volant doit être à la hauteur de votre menton. Afin d’augmenter votre temps de réaction, vous devez tenir le volant en positionnant vos mains à 9 h 15.

Les arrêts

Profitez de chaque arrêt pour descendre de la voiture et vous dégourdir, toutes les 2 heures de préférence. Faites quelques étirements afin de soulager les tensions. Allongez et pliez les genoux à quelques reprises. Faites des rotations aux chevilles. Balancez la tête d’un côté à l’autre en faisant des demi-cercles vers l’avant et de chaque côté. Faites de légères rotations des épaules. Ces quelques étirements stimuleront votre système nerveux, quelque peu endolori par les longs trajets.

Empreint d’une voiture

Si vous devez emprunter la voiture de quelqu’un d’autre, n’oubliez pas de positionner le volant, le siège et l’appui-tête selon votre confort. Nous ne sommes jamais trop prudents sur la route !

Longs trajets

Si vous partez pour un long trajet, optez pour la position « autoroute ». Autrement dit, reculez l’assise de votre siège d’un cran, et baissez l’inclinaison de votre dossier d’un soupçon. Vous serez moins raide au volant, et limiterez ainsi les tensions musculaires provoquées par ces longs trajets assis.

Rappelez-vous que votre corps absorbe les vibrations de la route, les virages, les vitesses d’accélération et de décélération. Si vous ressentez des douleurs lancinantes, localisées ou étendues, dans le dos ou ailleurs, n’hésitez pas à consulter votre docteur en chiropratique.

Conseils

· En cas de longs trajets, optez pour des vêtements amples et confortables afin de ne pas gêner votre circulation sanguine.

· Faites des pauses toutes les 2 heures pour vous dégourdir les jambes et les bras, et éviter ainsi les risques de somnolence.

· Profitez des pauses pour vous désaltérer, manger un morceau et faire un tour aux toilettes.

· Gardez toujours des vêtements chauds et une trousse de secours dans le coffre de votre voiture.

En collaboration avec l’AFC (Association Française de chiropraxie).


Conséquences de l’immobilisation

Les conséquences de l'immobilisation sont nombreuses :

  • Risque accrue de phlébite

  • Mauvaise position (développement du syndrome de la classe éco)

  • Syndrome du piriforme avec la jambe gauche qui est positionnée en rotation externe lorsqu’elle n’est pas utilisée

  • Déshydratation

  • Manque de pauses qui entraînent une baisse de la vigilance et une augmentation de la somnolence.

  • Stress (embouteillages, enfants à l’arrière, accidents, retard sur l’itinéraire prévu, …), qui engendrent des maux de tête

  • Douleurs dans le bas du dos à cause de la posture et de l’alternance entre frein et accélérateur (syndrome du psoas) dans les bouchons par exemple.

De plus, beaucoup d’entre vous préfèrent la conduite de nuit. Celle-ci apporte également son lot de danger : éblouissement, baisse de la visibilité, augmentation de la vigilance, tendance accrue à la somnolence. Cela peut provoquer des tensions musculaires surtout au niveau des cervicales et des épaules, ce qui peut être le facteur de maux de tête.



Si vous ressentez un de ces symptômes, vous pouvez vous rendre chez votre chiropracteur afin qu'il s'occupe de vos maux et des conséquences qu'ont pu avoir les longs trajets de vacances sur votre corps.





Besoin d'un rendez-vous ? C'est par ici !

Logo (22).png

Cabinet Chiropratique Laetitia Mazacz

3 Rue de Bitche

57720 VOLMUNSTER

03.87.27.64.16