Port du masque : attention danger !

Les masques sont destinés à éviter la propagation du Coronavirus. Ils sauvent des vies.

En plus des gestes barrières, le port masque, qu’il soit médical ou grand public permet de limiter la transmission du virus entre les personnes. Porter un masque est obligatoire dans les lieux publics en France et vivement recommandé quand la distanciation physique n'est pas possible. Mais le port de ce bout de tissu peut se révéler malaisé pour certains malades chroniques et peut provoquer des effets indésirables et des inconvénients (inconfort thermique, résistance respiratoire...) surtout en cas de port prolongé.


Effet dermatologique

Le port prolongé des protections facilite l’apparition de cloques, de plaies et de croûtes. En effet avec la respiration, l’humidité et la chaleur est accrue sous le masque. Chaleur et humidité est propice au développement de bactéries.


Effet respiratoire

En cas de port prolongé d’un masque, les personnes peuvent ressentir une sensation d’essoufflement ou d’étouffement. Le port du masque va avoir un impact sur notre absorption d’oxygène et de dioxyde de carbone en fonction de leur composition et de leur étanchéité.

En effet, plus le masque est étanche, moins le renouvellement en oxygène se fait et plus on inhale du dioxyde de carbone. La part d’oxygène inhalée diminue à chaque inspiration. L’inspiration et l’expiration ne se fait pas de manière optimale. En effet, la sensation d’étouffement va provoquer une hyperventilation, ce qui accroît l’inhalation de CO2.

La toxicité du dioxyde de carbone, gaz que nous dégageons lorsque nous expirons, peut provoquer des maux de tête, des vertiges, des troubles de la vision et de la concentration, des acouphènes, des convulsions, voire un étouffement. Mais pour atteindre l’étouffement, il faut que sa concentration dans l’air soit très élevée, de l’ordre d’au moins 10%. Or l’air contient environ 0,04 % de CO2.

Il est quasi impossible de s’évanouir par manque d’oxygène avec un masque en tissu ou un masque chirurgical, car ils ne s’adaptent pas parfaitement au visage. Lorsqu’on inspire et on expire, l’air peut circuler via les "pores" du tissu. (Nous comprenons donc pourquoi ce type de masque ne protège pas de l’inhalation du virus, mais protège les personnes extérieures des gouttelettes qui peuvent être émises.)

En revanche, les masques antiparticules de type N95 et FFP2, équipés d’un dispositif de filtration, pourraient poser quelques problèmes supplémentaires. D’après les experts interrogés par Health, porter ce type de masque pendant une période prolongée peut entraîner des difficultés respiratoires chez les personnes prédisposées : fumeurs, personnes obèses, ainsi que les personnes atteintes de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou d'emphysème notamment.

Pour ces personnes, il est recommandé d’envisager l’utilisation d’autres types de masques, comme des masques chirurgicaux ou en tissus.

Si vous avez l'impression que vos voies respiratoires ont du mal à fonctionner, envisagez d'autres causes possibles, comme une crise de panique, qui peut déclencher des sensations soudaines d'étouffement et d'essoufflement.


Effet compensatoire





Du fait que la respiration ne se fait pas de façon optimale, des phénomènes de compensation se mettent en place. En effet, on observera la mise en place de l’utilisation des muscles respiratoires accessoires, qui peuvent provoquer des maux de tête ou des fourmillements dans les bras lorsqu’ils sont sur-utilisés.

Ci-joint les points gâchettes du muscles trapèze qui est l'un des muscles respiratoires accessoires. Lorsqu'il est tendu à cause d'une sur-utilisation, ces points sont douloureux au touché.




Effet sur l’hydratation


Lorsque l’on porte un masque, il est déconseillé de le toucher. De ce fait, l’hydratation est moins régulière et le manque d’eau peut provoquer des maux de tête, des vertiges, une sensation de fatigue, une perte de concentration, de l’irritabilité. De plus, le risque de développer une infection urinaire augmente également. Au niveau des articulations le manque d’eau peut se faire ressentir par un manque de souplesse et des douleurs.


Conseils

  • Boire régulièrement (au moins toutes les heures) et suffisamment (2-3 gorgées).

  • Retirer le masque, prendre l’air frais régulièrement.

  • Hydrater la peau du visage.

  • Respirer avec le nez, car il est un filtre naturel.


Besoin d'un rendez-vous ? C'est par ici !

Logo (22).png

Cabinet Chiropratique Laetitia Mazacz

3 Rue de Bitche

57720 VOLMUNSTER

03.87.27.64.16